Entendre n’est pas écouter, l’édito de la Secrétaire générale de la Fage

Sur un air déjà entendu et bien rodé, Madame Lebranchu a dégagé en touche mardi alors que des dizaines de milliers de manifestants battaient le pavé dans toute la France. La ministre qui est au moins dotée d’une paire d’oreilles a bien « entendu » les revendications des fonctionnaires. Malheureusement pour eux, ils ne doivent pas s’attendre à une “grosse augmentation du point d’indice” lors de la négociation salariale prévue en février. Le ton est donné, tout en assurant “entendre” leurs revendications, il serait judicieux qu’elle les « écoute » car à trop faire la sourde oreille Madame la ministre risque d’ici quelque temps, de souffrir d’acouphènes douloureux ! Que faut-il donc faire pour que la situation inique dans laquelle les fonctionnaires sont plongés depuis des années change enfin ? Madame la ministre a-t-elle bien conscience que depuis bientôt six années, le pouvoir d’achat des fonctionnaires a baissé de 8 à 10% ? A mi-mots, elle tire déjà le relevé de conclusions de la rencontre de février !!! Si jamais elle aussi démissionne, elle pourra toujours se reconvertir dans la voyance, un grand avenir lui tend les bras.

Brigitte perrot secrétaire générale FageAinsi, la grève, les manifestations de milliers d’hommes et de femmes qui garantissent ce « droit du pauvre » qu’est le service public, ne serviraient à rien. Seules quelques miettes leur seront (peut-être) lâchées. Au-delà, d’une incorrection manifeste, c’est à un véritable déni de démocratie auquel on assiste. Car si la grève et la manifestation (pacifique) ne débouchent systématiquement sur rien, que nous reste-il pour que l’on nous écoute ? Dites, Madame la ministre : «c’est quoi après ?»

Brigitte PERROT, secrétaire Générale de la Fage FO

Derniers articles

Updated: 5 février 2016 — 10 h 47 min
FO Pôle emploi Agents publics © 2015 Frontier Theme